La « République des Sept-Îles » est le nom donné à l'entité rassemblant sept îles de la mer Ionienne (anciennement vénitiennes) et que la France s’était attribuée au traité de Campo-Formio en 1797, entité formée en 1799, sous la double protection de la Russie et de l'Empire ottoman. J.-C., est le plus renommé, marqué par le travail de Phidias, et les différentes sculptures du chantier de l'Acropole[177]. Le théâtre grec prend naissance durant l'époque classique, dans le cadre du culte religieux, puisque les pièces sont présentées lors de concours accompagnant des fêtes religieuses, les plus prestigieuses étant les Grandes Dionysies d'Athènes. Les élites municipales dirigent les affaires de la cité autour d'un organe collégial (boulè ou curie, occupée par des bouleutes ou décurions), ouvert seulement à un groupe restreint, dont le rôle primordial est d'assurer le prélèvement fiscal pour le compte de l’État, avec une responsabilité collective envers celui-ci. Mais depuis l'expansion de l'époque hellénistique la plupart des cités grecques, hors régions de peuplement grec ancien, sont bi- voire trilingues, et le grec est parlé dans le milieu des élites dans tout l'empire. Les cités ont également leurs propres mythes, et à la suite d'Hésiode ces récits continuent à être couchés par écrit, deviennent des sujets théâtraux, et connaissent diverses évolutions qui peuvent en modifier le sens, selon le sens qu'on souhaite leur donner, au-delà du plaisir que la déclamation des ces histoires souvent très vivantes peut susciter[169]. Il a été proposé de rechercher son témoignage dans l'augmentation du nombre de tombes durant la période archaïque, qui renverrait à une croissance démographique, même si cela peut être nuancé par des évolutions des pratiques funéraires[85]. Les conflits conduisant à l'annexion de la Messénie par Sparte ont lieu vers la fin du VIIIe siècle av. Au début du VIIe siècle l'essor de l'insécurité dans les Balkans, l'Asie mineure et la Méditerranée (où la piraterie connaît une recrudescence) provoque un affaissement du commerce à longue distance, avec la fin de l'annone entre l’Égypte et Constantinople, et la chute drastique des échanges avec l'Occident méditerranéen. Le reste du projet de constructions se déroule après la mort de ses initiateurs : les Propylées, entrée monumentale, l'Érechthéion avec ses cariatides, le temple d'Athéna Nikè[173]. L'épave d'Uluburun échouée au large de la Lycie, comprenant une importante cargaison (notamment du cuivre de Chypre) et voguant sans doute vers l'Égée, témoigne du développement de ces échanges. A distinctive civilization was emerging. Les conquêtes d'Alexandre le Grand sont connues grâce à des sources tardives : Diodore, Plutarque, Arrien (Anabase), Quinte-Curce (Histoire d'Alexandre le Grand) et Justin (Abrégé des Histoires Philippiques). L'habitat s'organise autour d'un peuplement hiérarchisé, dominé par quelques bourgs avec un réseau de rues planifié et souvent fortifiés, des villages et un ensemble de petits sites (hameaux ou fermes isolées). C'est plus largement tout l'espace public qui devient l'objet de grands travaux. Winston Churchill envoya des unités supplémentaires et ordonna au commandant des troupes britanniques sur place, Ronald Scobie : « N'hésitez pas à vous comporter comme si vous étiez dans une ville conquise où une rébellion locale est en cours. J.-C.) les artistes perfectionnent le style classique, qui reste exemplaire, comme l'illustre par exemple le Parthénon. Les cités peuvent se réunir en alliances ou en ligues plus stables (notamment l’amphictyonie de Delphes chargée d'administrer le temple d'Apollon de Delphes, ou la confédération béotienne), tandis que certaines cherchent à exercer une hégémonie sur d'autres[52],[53]. Les prénoms d'origine grecque sont nombreux et se retrouvent dans tous les pays ou presque. Les résidences et les tombes de la période n'indiquent pas de différences sociales particulièrement marquées contrairement aux époques précédentes, même s'il y a des variations régionales et que les évolutions du matériel funéraire peuvent ne pas forcément refléter des phénomènes de distinction sociale[60]. La dénonciation des « démagogues Â» qui cherchent à s'attirer des votes en trompant le peuple sur leurs intentions (du moins du point de vue de leurs rivaux) est courante, et l'opposition anti-démocratique reste vivante chez les aristocrates (comme Cimon, aussi Platon), mais est éteinte tant que la démocratie remporte des succès, sous la direction des dirigeant démocrates (Éphialtès, Périclès). Certaines cités font partie d'une ligue (koinon), ayant comme par le passé avant tout des fonctions religieuses, parfois juridiques ; il s'en trouve par exemple en Lycie et en Macédoine[200]. L'empire romain d'Orient est selon toute vraisemblance plus peuplé est plus riche que celui d'Occident dès le départ, et les trajectoires différenciées des deux ensembles doivent creuser l'écart. Les sculpteurs classiques exercent leur art sur des blocs de marbre, ou avec du bronze suivant la technique de la cire perdue, mais les statues en métal ont généralement été fondues dans l'Antiquité, aussi peu sont parvenues jusqu'à nous, même si de belles pièces sont connues tel le Zeus du cap Artémision mis au jour dans une épave. Athénien mais mercenaire au service des Perses et des Spartiates, admirateur de ces derniers, ses différents écrits tirent parti de son expérience concrète[187]. Un an plus tard, malgré les propositions de paix séparée offertes à Athènes, les alliés grecs guidés par Sparte et Pausanias défont les Perses à la bataille de Platées, cette fois sur terre. L'aréopage, tribunal constitué d'anciens magistrats (archontes) et jugé comme trop aristocratique, voit ses pouvoirs limités au domaine juridique en 461. Les principaux destinataires de ces grands cultes civiques sont les grands dieux Zeus, Héra, Athéna, Apollon, Artémis, Poséidon, Aphrodite, etc., surtout s'il s'agit de la divinité tutélaire de la cité (« poliade Â», comme Athéna à Athènes). Les victoires sont commémorées par des offrandes somptueuses aux sanctuaires panhelléniques, et célébrées en particulier à Athènes où elles deviennent un thèmes artistique, littéraire, et sont couramment évoquées dans les discours publics[131],[132]. Tout débute avec une série d'érudits de Milet : Thalès, Anaximandre (le premier savant grec à avoir composé un traité en prose présentant ses idées) et Anaximène, puis Héraclite d'Éphèse. L'agora est un lieu central dans la vie civique, souvent doté de lieux de culte (destinés à des divinités poliades), d'édifices aux fonctions politiques (prytanées et autres bureaux et lieux de réunion de magistrats et assemblées) et d'autres bâtiments publics, où des réalisations artistiques (statues, frises, monuments) et inscriptions glorifiant la cité et affirmant son identité sont présentés au plus grand nombre[176]. Les îles égéennes s'organisent en ligue autour du grand sanctuaire de Délos, auquel Polycrate consacre l'île voisine de Rhénée. Philippe reçoit alors la soumission des cités de Byzance et de Périnthe, qui lui bloquaient jusqu'alors le passage vers l'Asie mineure, où il envoie des troupes, profitant des troubles qui secouent l'empire perse. La Grèce n'est alors plus « libre Â», elle est annexée et divisée en deux provinces, la Macédoine au nord et l’Achaïe au sud. Darius s'est échappé et a été tué par ses propres hommes, et Alexandre se retrouve maître de l'empire perse, occupant Suse et Persépolis sans rencontrer de résistance. Au début du XXe siècle, la Grèce comptera près de 370 000 fonctionnaires pour 2 500 000 actifs. Musée national archéologique d'Athènes, Place de la femme dans l’Athènes classique, Les Grecs en Asie avant Alexandre le Grand, Liste d'auteurs de littérature grecque moderne, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Histoire_de_la_Grèce_antique&oldid=178507214, Page utilisant des arguments dupliqués dans les appels de modèle, Article avec une section vide ou incomplète, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Elle se retourne contre les Perses et tente de libérer l'Ionie de leur emprise, mais ceux-ci réagissent en finançant ses opposants : la guerre corinthienne (394-387) oppose Sparte à une coalition d'anciens ennemis, puisqu'à Corinthe et Thèbes appuyés par les Perses s'ajoute Athènes qui se remet de sa défaite. Ce phénomène reste mal compris, mais il marque la fin de la cité antique[234]. Là aussi les statues païennes sont abattues et des inscriptions commémorent cela cette christianisation de l'espace. Selon la tradition (cf. Cependant la splendeur des villes, telles Alexandrie, Antioche, Pergame, l’importance des échanges économiques, des métissages culturels, le rôle dominant de la langue grecque et sa diffusion vont profondément modifier le visage du Moyen-Orient antique y compris plus tard sous la domination romaine. Ces charges sont parfois ouvertes aux femmes, à l'exemple de Ménodora à Sillyon en Pamphylie, issue d'une des plus riches familles de la cité, qui occupe plusieurs magistratures et a laissé une inscription commémorant des dons de monnaie à ses concitoyens[201]. L'influence minoenne est encore plus importante à cette période que par le passé. Puis à compter du milieu du Ve siècle av. Elle commence vers 620 et se termine en 480. En -334, Alexandre passe en Asie, et remporte une victoire sur les Perses au fleuve Granique. J.-C. Érétrie et de Chalcis pour la possession de la plaine du même nom, opposant de véritables coalitions puisque d'autres cités alliées se sont jointes aux belligérants, ce qui en fait selon Thucydide le premier conflit d'envergure du monde grec. Cette élite se consolide par la pratique des banquets où elle se réunit, lors de réunions privées, le symposion, qui a normalement lieu dans une pièce spéciale réservée aux hommes (andrôn), où on boit et devise allongé sur des lits, suivant des règles formelles. L'autre facteur qui a pu jouer dans la fondation des cités est la recherche de débouchés commerciaux, notamment les métaux, même si cette motivation peut aussi donner lieu à la naissance d'un emporion[73],[74]. On pu aussi s'interroger sur l'origine levantine d'autres institutions grecques, telle la cité (présente en Phénicie)[54], l’amphictyonie[54], le symposion[103],[104], questions auxquelles il n'est pas possible d'apporter de réponses. Barbarossa s'empara des Cyclades dans les années 1530. J.-C., les armées grecques sont organisées autour d'une infanterie lourde, les hoplites, disposées au combat en formations appelés phalanges, s'affrontant lors de batailles rangées en rase campagne[55],[56]. Enfin, de nombreuses sources ont disparu ou ne nous sont parvenues que partiellement. Les guerres sacrées, dont la première a lieu autour de 600 av. Or la majorité des écrits — politiques ou historiques — de cette période qui sont parvenus jusqu'à nous provient de la sphère athénienne. La monnaie athénienne (les « chouettes Â», d'après leur type) devient la référence dans toute la Méditerranée et se diffuse au-delà. Les charges sont accaparées à partir du Ve siècle par l'élite foncière (klètores ou possessores), disposant souvent du statut sénatorial. Une situation similaire a pu aussi exister pour d'autres villes de Grèce continentale (Corinthe en particulier) et des îles égéennes, comme l'indiquent leur essor démographique et urbain. Les rites religieux marquent par ailleurs les grands moments de la vie politique, comme lors de la prestation de serment marquant le début de l'éphébie à Athènes (un service militaire)[170]. La première décennie de combats, la guerre d'Archidamos (431-421), voit Athènes être assiégée par les troupes spartiates qui ravagent chaque année l'Attique, mais ne sont pas en mesure de franchir ses murailles. J.-C.) est illustrée par de grandes sculptures, dressées dans des poses hiératiques et au fameux « sourire archaïque Â». J.-C. est connue comme celle des siècles obscurs : aucun texte primaire ne nous en est parvenu et seules les recherches archéologiques en mettent en évidence les vestiges. Vers 1200 av. Les troupes carthaginoises portent plusieurs coups terribles aux cités de Sicile, qui répliquent de la même manière, alors que les mercenaires engagés dans les conflits causent de plus en plus de troubles, et que les cités se déchirent entre factions rivales[151]. L’historiographie traditionnelle a repris à son compte cette interprétation des rivalités de l’époque … Un phénomène marquant de l'époque archaïque impliquant échanges et développement des cités est l'apparition de la monnaie « frappée Â», les pièces de monnaie. Ils concernent en particulier la culture des élites : les concours athlétiques, les gymnases, l'art de la guerre, les valeurs aristocratiques et le symposion, des pratiques sociales telles que la proxénie, l'amitié institutionnalisée, la place de l'homosexualité[54]. On suppose qu'Athènes et d'autres font de plus en plus reposer leur subsistance sur l'importation de grains venus de grandes régions agricoles de la Méditerranée (mer Noire, Sicile, Cyrénaïque, voire Égypte), incitant au développement d'un commerce mobilisant des instruments juridiques et économiques plus complexes (associations, prêts à la grosse aventure), avec des échanges monétisés[159]. J.-C. Certains auteurs incluent la période mycénienne, hellénophone, qui s'est terminée aux alentours du XIe siècle av. Divers progrès techniques doivent aussi avoir un impact sur les activités économiques. D'un autre côté les textes de l'époque archaïque font régulièrement apparaître une mentalité de défiance vis-à-vis de l'autorité et des plus puissants, qui semble agir contre le renforcement d'un pouvoir des élites. Les métaux continuent de circuler, des objets forgés tels les grands chaudrons en bronze, mais c'est surtout la métallurgie du fer qui se développe, sous l'influence chypriote, marquant le basculement du monde égéen dans l'âge du fer, et représentée par des armes et broches qui ont peut-être une fonction prémonétaire. J.-C., les hommes se regroupent en cités, qui préfigurent les cités-États (voir synœcisme). Le coût de la fonction publique est déjà énorme[7]. Les Grecs ont eu conscience que le monde qui existait avant l'épopée d'Alexandre le Grand et la dilatation du monde grec, pouvait être considéré comme un « âge d'or ». Les kourabiedes sont de délicieux biscuits aux amandes et au beurre fondant, un must-have d'origine grecque pendant la période de Noël. La Conférence de Londres (1830), où se réunirent des représentants britanniques, français et russes, permit en effet l'affirmation de l'indépendance grecque que la Prusse et l'Autriche autorisèrent. Puis au siècle suivant apparaissent les statues de « jeunes hommes Â» (kouroi) et « jeunes filles Â» (korè), témoignant d'une inspiration égyptienne, mais dont la particularité est d'être en ronde-bosse (alors que les statues égyptiennes sont soutenues par une dalle) et les représentations masculines sont nues. L'expression est parfois utilisée dans un sens plus large pour la période qui s'étale entre 750 et 480. J-C. Ces civilisations vont disparaître brutalement et de façon énigmatique. L'histoire de la plupart des cités grecques de la période archaïque échappe à la documentation écrite, qui s'est concentrée à la suite d'Hérodote sur les destines d'Athènes et de Sparte, exceptionnels et uniques, qui ne reflètent pas vraiment la situation des autres. Cette puissance maritime, que l'on retrouve de la Sicile à la Colchide, fonde des colonies, les achaies. Concernant l'importance des grands sites, leurs « palais Â», ont pu avoir surtout une fonction cérémonielle plutôt qu'administrative. J.-C.. En 395, à la mort de Théodose Ier, l'Empire romain est partagé en deux parties : l'Empire romain d'Occident qui disparaît en 476, et l'Empire romain d'Orient (en grec Βασιλεία Ρωμαίων / Basileía Rômaíôn : Empire Romain, appelé au XVIe siècle « byzantin » par Hieronymus Wolf) qui dura jusqu'en 1453 à Constantinople, jusqu'en 1461 à Trébizonde et Mistra, et jusqu'en 1475 en Crimée grecque. C'est à cette époque que la civilisation grecque recommence à rayonner au-delà des rives de la mer Égée. La monnaie repose sur un système plurimétallique, dominé par le solidus/nomisma d'or, la monnaie courante étant en cuivre, l'argent ayant perdu en importance. De cette période sont généralement datées des migrations de populations grecques, à commencer par celles des Doriens, depuis le nord-ouest vers la Grèce centrale et le Péloponnèse, datées aux alentours de 1000 av. Constantin (306-337) rétablit la domination d'un seul empereur, mais il prend une décision à la portée considérable pour l'organisation géographique de l'empire, la fondation d'une seconde capitale à l'emplacement de la cité de Byzance, qu'il nomme Constantinople[206]. C'est une identité attractive, et en Asie mineure des élites parlant des langues autochtones s'identifient comme des Grecs, ce qui leur permet de bénéficier d'une meilleure position dans leurs rapports avec l'administration romaine[198]. Il y a très peu de traces de muraille sur les sites urbains, mais des fortins et des postes de garde ont été identifiés ailleurs[20]. Elle réunit des maîtres d’œuvres et artistes parmi les plus renommés de l'époque, réunie par Périclès autour de son ami le sculpteur Phidias. Les troubles qui agitent ensuite la partie orientale de l'Égée font fuir leurs deux plus illustres successeurs en Grande Grèce, où ils posent les bases d'un nouvel essor culturel : Xénophane qui fonde l'école d'Élée, puis Pythagore, qui poursuivent leurs interrogations, suscitant des vocations locales[126],[127]. Les céramiques attiques sont exportées en grande quantité vers d'autres régions méditerranéennes, dont l’Étrurie, au début de la période classique. La période de transition entre la chute de la civilisation mycénienne et l'époque archaïque, caractérisée par une stagnation voire une régression culturelle — et donc appelée « siècles obscurs Â» par certains historiens — s'étend ainsi du XIIe siècle av. De fait on constate aussi bien dans les sources écrites que l'étude des terrains agricoles de colonies qu'on y pratique dès la fondation un partage des terres égalitaire. Dans le domaine politique, le Ve siècle av. Le gouvernement monarchiste et ses alliés britannique et américain s’appuient sur des milices d'extrême droite et précédemment collaborationnistes pour combattre l'EAM), finalement défait en 1949[9]. Les causes de ces destructions sont inconnues (conflits, tremblements de terre ?)[19]. En 1946, la Grèce sombre dans la guerre civile dans laquelle l'EAM-ELAS, son plus puissant mouvement de libération, dirigé par le Parti communiste de Grèce, fut impliqué. L'époque hellénistique commence. Les réalisations de la phase suivante sont plus versatiles, puisant parfois leur inspiration dans l'art de l'archaïsme final, puis le second classicisme, en plein IVe siècle av. Des groupes de résistance ont spontanément émergé, puis se sont unifiées en une organisation nationale, l'EAM-ELAS (Front national de libération, proche du Parti communiste), qui exerça un contrôle de plus en plus effectif sur les zones rurales, menaçant les lignes de communication allemandes. J.-C. est désignée comme une période « classique Â», parce que sa culture a très souvent été considérée par les civilisations « occidentales Â» postérieures comme un modèle supérieur à la plupart des autres, une source d'inspiration vers laquelle on se tournait pour des motivations très diverses. Les productions artisanales sont réduites à des réalisations simples, l'agriculture se recentre autour des cultures de base servant à la subsistance, l'organisation sociale est moins hiérarchisée, les élites quasiment invisibles dans la documentation archéologique, il y a très peu d'indices de présence de bâtiments publics et cultuels. Le premier classicisme est marqué par le style sévère qui doit son nom aux visages calmes et sereins de leurs sujets. Philippe II (359-336 av. Le monde grec est divisé face à cette invasion d'envergure, de nombreuses cités choisissant de se soumettre aux Perses (les « médisants Â», notamment ceux séduits par l'or perse, qui incluent les Macédoniens, les Béotiens et l'oracle de Delphes), tandis que ceux qui choisissent de résister s’allier finalement en une ligue grecque sous l’hégémonie de Sparte, la cité la plus puissante, qui prend le commandement des opérations, Athènes étant l'autre cité dominant l'alliance. Elle transforme progressivement cet alliance en organisation placée sous sa coup, entraînée par son stratège Cimon, contraignant des cités à intégrer l'alliance Une première guerre du Péloponnèse (469-449) oppose le bloc athénien à des alliés de Sparte, en premier lieu Corinthe, sans confrontation directe entre les deux puissances. In some ways, Archaic Greece was much like other ancient societies: Its economic base was agricultural, it was hierarchical, gender distinctions were strong, and it was polytheistic. ), autour de règles formalisées. Dès lors le choix des empereurs va être crucial. Dans les premières décennies du XIIIe siècle av. On remarque ainsi que le bronze réapparaît en Grèce au VIIIe siècle av. Télesto est une océanide, fille de Téthys et Océan. Les styles évoluent ensuite très vite, sans conventions fixées, avec un souci croissant pour donner un rendu anatomique plus réaliste, et le marbre est de plus en plus employé[119]. Les premiers développements du monde égéen, Le Bronze ancien : la formation des cultures égéennes, Le Bronze récent et l'expansion mycénienne, Les « Ã¢ges obscurs Â» : recompositions et reprise, L'époque archaïque : l'émergence du monde grec, Formation des cités, groupes et rapports politiques, Emprunts orientaux et spécificités grecques, Une floraison culturelle et intellectuelle, La culture et la vie intellectuelle de l'époque classique, La conquête militaire du monde grec par Rome, Les Grecs et la culture grecque dans l'empire romain. Pour les périodes antérieures des figurine en terre cuite et métal sont connues, mais rien d'équivalent aux traditions sculpturales égyptienne et proche-orientale. La civilisation minoenne du Bronze moyen connaît une expansion vers les régions voisines, visible surtout dans le sud de l'Égée. Il y a bien des cas comme Thasos où un monnayage de bronze semble émis pour servir dans les échanges intérieurs, mais les transactions courantes dans le monde grec ne sont pas en majorité monétisées, loin de là[157]. D'autres instruments de navigation semblent aussi avoir été améliorés (barres, ancres)[163],[164]. Cet évergétisme est vu comme un de leurs devoirs, s'imposant en quelque sorte à la personne en raison de ses moyens et de sa position, surtout si elle a déjà été exercée par ses ancêtres. L'alphabet qui sert d'inspiration est généralement considéré comme étant celui des Phéniciens (attesté par des inscriptions en Crète vers 900 av. Les réformes attribués à Solon (v. 594) aboutissent à l'abolition de l'esclavage pour dette des citoyens, et la création d'un assemblée politique et législative de 400 membres, la Boulè, à laquelle on accède en fonction de ses revenus et non de sa naissance, ce qui est vu comme une mesure anti-aristocratique, et il crée aussi le dikastèrion, sorte de « tribunal du peuple Â» chargé de s'assurer du respect des lois. Les premières décennies succédant à la fin des palais voient la survie d'agglomérations importantes et de tombes d'élites, notamment des guerriers, disposant d'un matériel rappelant celui de leurs prédécesseurs de l'âge mycénien, certes moins opulent, mais témoignant de liens avec d'autres régions de la Méditerranée orientale. Trois grottes de la vallée du Louros furent occupées durant le Paléolithique. Ils élaborent une philosophie de la nature, reposant sur des savoirs manifestement importés du Proche-Orient et d’Égypte (régions où les marchands ioniens étaient très présents), mais les abordant sous un angle totalement différent qui constitue en soi une révolution intellectuelle majeure du monde antique, généralement tenue pour marquer le début de la science grecque. Georges Ier régna ensuite comme Roi des Hellènes de 1863 à son assassinat en 1913. L'essor du commerce des esclaves à cette période s'explique par un manque de main d’œuvre, l'accès à diverses sources d'être humains réduits en esclaves (surtout par la guerre), qui sont exclusivement des non-Grecs, et le développement de moyens financiers permettant de développer un esclavage de masse, surtout visible dans les mines du Laurion, aux conditions de travail probablement épouvantables. J.-C. au VIIIe siècle av. En effet les Grecs ne se contentent pas de transposer cet alphabet ouest-sémitique, puisqu'ils l'adaptent à leur langue en y ajoutant des nouvelles lettres, avant tout pour noter les voyelles : les alphabets sémitiques (à l'image de l'hébreu et de l'arabe actuels) ne notent en effet que des consonnes, ce qui est bien adapté pour leurs langues, mais pas pour les langues indo-européennes comme le grec où l'écriture des voyelles s'avère indispensable à la compréhension des textes. J.-C., puis Asclépios), les cultes héroïques sont toujours en vogue. Des mots qui te sont familliers ? Des Grecs provenant des îles (Crète, Syros et Skopelos) et du Péloponnèse, en particulier des villages pauvres des provinces de l’Arcadie et de la Laconie, s’établissent à Montréal dès 1843. J.-C. un système démocratique qui survit jusqu'à la fin du IVe siècle av. Une expédition navale de démonstration fut suggérée en 1827 par le Traité de Londres (1827). La Grèce est, après la Pologne et l'Union soviétique, le pays à avoir le plus souffert pendant la guerre. En Grèce aux Ve – VIe siècle certaines régions atteignent des niveaux approchant ce qu'elles avaient connu depuis l'Antiquité classique (Argolide, Béotie)[219]. En Anatolie c'est le conflit contre la Perse qui brise la tendance, en revanche la Syrie et la Palestine prolongent leur prospérité jusqu'au VIIIe siècle[220]. sont couramment entretenus jusqu'au VIe siècle. Origine: Grecs 3. C'est à ce moment que l'orateur athénien Démosthène, prononce des discours fameux, les Philippiques, exhortant les Athéniens à résister à l'ascension de Philippe, alors qu'il fait face à un parti-pro-macédonien. Les villes restent le lieu de concentration des populations aisées, des centres de consommation importants, et des lieux de production de biens et de services. Le cimetière de Poros comprend des tombes d'élites, et restent de type collectif comme par le passé, signe de la persistance des identités de grouê. S'ensuit une période de renforcement des défenses et de l'approvisionnement en eau de plusieurs forteresses, donc peut-être un indice supplémentaire permettant de conclure à des temps tourmentés. J.-C. s'impose le modèle grec (qui dérive probablement de modèles minoens et mycéniens) du temple sur plateforme rectangulaire, dans lequel se trouve la pièce de culte principale (naos) accessible après avoir traversé d'autres salles, édifice entouré d'une colonnade, les colonnes disposant des chapiteaux dans les styles distinctifs, les « ordres Â», qui sont alors élaborés (dorique, originaire du Péloponnèse, et ionique, provenant d'Asie mineure et du Proche-Orient, plus tard complétés du corinthien originaire d'Attique et de l'éolien). La proclamation du christianisme comme seule religion de l'empire est le fait de Théodose, culminant dans l'interdiction des cultes païens en 391 et 392. Les cimetières crétois pourraient témoigner de l'existence d'organisations lignagères, voire d'un culte ancestral, mais en revanche les traces de hiérarchies sociales sont peu parlantes. J.-C. sont marquées par la mise en place progressive de la domination romaine sur la Méditerranée orientale, et donc le monde grec hellénistique. 1. La pêche est certes courante sur les côtes, mais les eaux grecques ne sont pas particulièrement poissonneuses, à l'exception de la mer Noire, et le poisson ne semble pas avoir eu l'importance de la « trilogie méditerranéenne Â», constituée des céréales, de l'olivier et de la vigne[155]. J.-C. le palais de Knossos est détruit par un incendie, et le site perd en importance, le principal centre administratif de Crète pour le reste de la période mycénienne étant La Canée.

Renard Polaire Adaptation, Normes De Classement Des Hôtels Pdf, Chouette Maternelle Petite Section, Dongle Bluetooth Darty, Cavalière 4 Lettres, Podcast Relaxation Sommeil, Dur En 5 Lettres, évolution De La Notion De Territoire,